L’impact environnemental de nos smartphones

Des écrans toujours plus grands, une résolution toujours meilleure, toujours plus de fonctionnalités et… un impact environnemental toujours plus important. En effet, selon une étude publiée en septembre 2017 par l’Agence de l’Environnement et de Maîtrise de l’Energie (ADEME) et l’organisation non-gouvernementale France Nature Environnement, l’impact environnemental de nos téléphones portables augmente au fur et à mesure que leur écran s’agrandit et que la définition de leur appareil photo s’améliore.

Or le succès des smartphones ne se dément pas. Selon l’étude, 7 milliards de smartphones ont été vendus dans le monde depuis 2007.

Pourquoi nos nouveaux portables sont-ils si nocifs pour l’environnement ?

En moyenne, une cinquantaine de métaux entre dans la composition d’un smartphone, c’est-à-dire deux fois plus que pour un portable d’ancienne génération. De plus, les métaux utilisés sont difficilement recyclables car ils forment des alliages.

La fabrication de smartphones passe par l’extraction de minerais, qui est la principale responsable de l’empreinte environnementale élevée des smartphones. L’exploitation des mines est destructrice d’écosystème et polluante. Un exemple de minerai particulièrement convoité pour la fabrication de smartphones est le coltan (colombite et tantalite) dont on extrait le tantale. En effet, ce métal est très résistant à la chaleur et à la corrosion et est particulièrement utilisé pour la fabrication des condensateurs. En République Démocratique du Congo, deuxième exportateur mondial de coltan, l’activité minière a causé des dommages environnementaux considérables. La région du Kivu, à l’est du pays, a vu ses paysages ravagés par les mines. L’exploitation anarchique du coltan est néfaste pour les écosystèmes et dévaste des zones protégées pour leur faune et leur flore : les forêts sont rasées pour creuser des mines ou pour fournir les mineurs en bois de chauffe, les animaux, en particulier les éléphants et les gorilles sont d’autant plus braconnés, les eaux sont polluées puisqu’elles sont utilisées pour filtrer le coltan des autres sédiments. Enfin, les terres utilisées pour l’exploitation du coltan ne peuvent plus resservir à l’agriculture ou à l’élevage.

Dans la ville de Baotou, en Mongolie intérieure, une province chinoise, le « lac » où se déversent les eaux polluées provenant des usines de traitement des « terres rares ». Crédits : Cécile Dégremont (Le Monde)

La production de smartphones nécessite aussi l’utilisation de terres rares, qui sont extraites majoritairement en Chine notamment dans la ville de Baotou, en Mongolie intérieure. Ses usines rejettent des milliers de litres de déchets toxiques dans le lac de Baotou. En effet, l’extraction et ladissolution de terres rares produisent des déchets extrêmement toxiques, néfastes pour la santé de l’homme et pour l’environnement. Dans le lac se trouvent également des déchets radioactifs, comme du thorium, qui peuvent causer des cancers du pancréas, du poumon et du sang. 

Que pouvons-nous faire pour réduire l’impact environnemental de nos téléphones ?

Au regard de l’impact environnemental de la phase de fabrication de nos smartphones, il semblerait raisonnable de les utiliser le plus longtemps possible. Ainsi, on évite la production de nouveaux appareils et on préserve l’environnement. Pourtant, en proie aux effets de mode et à la publicité, nous changeons de smartphones la plupart du temps bien avant qu’ils ne soient inutilisables. En outre, quand notre téléphone tombe effectivement en panne, tout est fait pour pousser à l’achat d’un nouvel appareil : batteries collées ou soudées, absence de pièces de rechange, utilisation de systèmes d’exploitation exclusifs… Les smartphones ne sont pas conçus pour être réparables et durables.

Afin de garder notre smartphone le plus longtemps possible, il est évidemment conseillé de le protéger avec une coque ou un film de protection. Il convient également de ne pas le laisser en plein soleil ou l’exposer à des températures trop froides : cela risque de raccourcir la durée de vie de la batterie voire de la faire gonfler. Evitez aussi de laisser traîner votre « précieux » près de votre grille-pain, sèche-cheveux, ou machine à laver. Leur champ électromagnétique peut perturber le fonctionnement de certains de ses composants magnétiques. Enfin, pour maintenir la durée de vie de sa batterie, faites en sorte de ne jamais décharger complètement votre portable et de ne pas le laisser en charge toute la nuit, ce qui contrairement à l’idée la plus répandue (valable pour les anciennes batteries en nickel) altère sa batterie en lithium.

Ces dernières années des téléphones plus respectueux de l’environnement sont apparus. Par exemple le Fairphone 2 est facilement réparable et peut être gardé plus longtemps que ses homologues à l’obsolescence programmée. En attendant que ces types de modèle se généralisent et deviennent moins onéreux, n’oubliez pas de donner une deuxième vie à vos portables quand vous ne les utilisez plus : au lieu de les laisser traîner dans vos tiroirs, vous pouvez les donner, les revendre ou les rapporter en magasin, les vendeurs ayant obligation de reprendre les anciens appareils.

Pauline Molinari, Reporter ImpAct

 

Sources

« Le smartphone est nocif pour l’environnement », Le Figaro, 11 septembre 2017

Page wikipedia du coltan

« Le coltan, métal sanglant dans nos téléphones », Consoglobe, 9 septembre 2012

« Le coltan, pour le meilleur et pour le pire », Ecofin Hebdo, 15 décembre 2017

« Une grande partie de la production minière échappe au trésor public dans le Nord Kivu », Voa Afrique, 16 janvier 2018

« The shame of the UK Government’s double standards when it comes to aid and big business », The Herald, 19 janvier 2018

« L’empreinte environnementale des smartphones s’alourdit », Actu Environnement, 13 septembre 2017

« L’impact environnemental des smartphones explose », RSE Magazine, 27 septembre 2017

Blog « Le téléphone portable, un danger »

« 5 astuces pour protéger son smartphone au quotidien », Daily Repair, 15 janvier 2016

« Dix conseils pour protéger votre téléphone portable », Prixtel, 10 mars 2017

« En Chine, des terres rares tuent des villages », Le Monde, 19 juillet 2017

« Un lac devenu toxique à cause des smartphones », Paris Match, 23 mai 2016

« FairPhone, BlockPhone : les alternatives à l’empire de la pomme », We Demain, 18 septembre 2013