Le Cairn va-t-il changer les modes de consommation ?

Territoire de circulation du Cairn – Crédits : cairn-monnaie.com

Le 14 octobre 2017 était lancé le Cairn, la monnaie locale complémentaire grenobloise, par l’association du même nom. Elle est utilisable dans le bassin de vie grenoblois et dans le sud-Isère. Mais qu’est-ce qu’une monnaie locale complémentaire ?

Les monnaies locales complémentaires sont des monnaies non soutenues par un gouvernement national mais qui se veulent complémentaires à la monnaie officielle, et qui ne sont destinées à circuler que dans un périmètre délimité et au sein d’un réseau d’acteurs choisis. Elles sont conçues, initiées et administrées par une communauté de citoyens. Il en existe plusieurs milliers dans le monde dont plusieurs dizaines en France.

Pourquoi une monnaie locale ?

Tout d’abord, selon les membres de l’association du Cairn, les monnaies locales permettent de favoriser les circuits courts et relocaliser les échanges sur le territoire concerné. Un cercle vertueux se met en place : quand on dépense un Cairn chez un commerçant local, on a l’assurance que celui-ci sera réinvesti localement. De plus, en développant l’économie de proximité, on limite les trajets de marchandise et on agit ainsi contre la pollution.

Cependant on peut rester perplexe face à l’usage d’une telle monnaie. En effet, il est tout à fait possible de contribuer à la relocalisation de son économie en utilisant l’euro. Mais les monnaies locales ont d’autres avantages essentiels. Lorsque l’on change de l’argent en monnaie locale, la somme d’argent en euro est épargnée par l’association dans une banque éthique. De ce fait, cette somme d’argent est retirée du circuit classique de la monnaie et n’est donc plus soumise à la spéculation. En échange on reçoit une monnaie locale qui sert l’économie du territoire. Ainsi selon Philippe Derruder, qui anime l’AISES (Association Internationale pour le Soutien aux Economies Sociétales), en utilisant une monnaie locale, on ne contribue plus à la spéculation financière dans le monde. De plus il explique que l’usage d’une monnaie locale double la masse monétaire d’un territoire. En effet, aussi bien la somme d’argent placée en banque éthique que la somme en monnaie locale servent directement le territoire concerné.

Les billets du Cairn – Crédits : France 3 Alpes

Alors comment développer les monnaies locales ?

Évidemment une manière de contribuer au développement d’une monnaie locale est d’en parler autour de soi. Mais qu’est-ce qui est fait à plus grande échelle?

A Grenoble Ecole de Management (GEM), dans le cadre de la matière « gestion de projet », onze élèves de première année se sont engagés dans un projet lié à l’association Cairn, née en 2012. Les étudiants ont pour objectif d’augmenter à terme le nombre d’utilisateurs du Cairn, et de donner plus de visibilité à ce dernier. Etant en école de commerce, ils souhaitent mettre au service du projet leurs compétences en communication, ainsi que leur réseau pour informer et convaincre les autres étudiants de l’intérêt de l’usage de cette monnaie. Ils ont également pour objectif de collaborer avec les associations de l’école afin qu’elles puissent promouvoir le Cairn au sein de GEM. Enfin, le projet aspire à déterminer d’éventuels partenaires pour l’association Cairn en ciblant les fournisseurs des entreprises déjà partenaires. Cela permettrait ainsi d’élargir le réseau d’utilisateurs locaux du Cairn.

Yvon, chef et initiateur du projet, nous parle du Cairn :

“Ayant fait ma classe préparatoire au Lycée Champollion de Grenoble, je connaissais un peu la ville, la métropole et ses acteurs. J’aime aussi beaucoup Grenoble et c’est pour cette raison que j’ai choisi d’intégrer GEM. J’ai donc eu envie de créer un projet qui puisse s’ancrer véritablement dans l’environnement externe de GEM et qui ne soit pas seulement restreint à l’école. Il était important pour moi qu’à travers notre travail d’étudiant nous puissions contribuer aux initiatives citoyennes et responsables qui fleurissent dans le territoire grenoblois. Notre projet de collaboration avec l’association Le Cairn est né à l’épicerie La Bonne Pioche. Le Cairn y tenait une permanence d’information sur la monnaie locale grenobloise dont le lancement allait bientôt se faire. Avec une amie nous sommes passés y faire un tour, amenant notre volonté de participer au lancement de la monnaie locale, et repartant avec l’espoir de voir le projet se concrétiser. Nous avions tous deux entendu parler du projet Cairn, et il nous plaisait par sa volonté de motiver l’esprit citoyen et collaboratif de chacun.”

Fin novembre, il y avait déjà 32 000 Cairns en circulation. La nouvelle monnaie compte toujours plus d’utilisateurs avec pour l’instant environ 750 particuliers et 95 professionnels. Les partenaires du Cairn sont divers, des boulangeries aux ostéopathes en passant par les librairies, de nombreuses activités sont représentées ! On peut espérer aujourd’hui que le Cairn devienne de plus en plus visible et obtienne le soutien d’un nombre croissant d’adhérents.

Pauline Molinari, reporter ImpAct

 

Sources

Site web du Cairn

Offre d’emploi de l’association Le Cairn, Auvergne-Rhône Alpes Solidaires

“Le Cairn, la nouvelle monnaie locale est lancée ce week-end à Grenoble”, Grenoble Alpes Métropole, 13 novembre 2017

Portrait de Philippe Derudder sur le site des éditions Yves Michel

“Grenoble : coup d’envoi du Cairn, la monnaie locale et citoyenne”, France 3 Auvergne-Rhône Alpes, 15 octobre 2017

Photos

“Grenoble : coup d’envoi du Cairn, la monnaie locale et citoyenne”, France 3 Auvergne-Rhône Alpes, 15 octobre 2017

Site web du Cairn