Lactalis souille nos cours d’eau

Outre son lien avec la “pénurie de beurre” qui frappe la France actuellement, Lactalis, multinationale française au chiffre d’affaires de 17,3 milliards d’euros et premier collecteur de lait du pays, est également au coeur de plusieurs affaires de pollution.

Lactalis, multinationale française possédant entre autres les filiales Nesquik, Bridel, Président, est au coeur d’une problématique nationale : la crise de l’agriculture française notamment mise en lumière par les médias avec la “pénurie” de beurre. Mais saviez vous qu’elle était également impliquée depuis longtemps dans des affaires de pollution, notamment près de Grenoble?

La pollution de plusieurs cours d’eau en France

Le cas le plus récent a reçu un coup de projecteur dans les médias début novembre dans le village de Saint-Just de Claix, traversé par l’Isère. En effet, cela fait depuis 15 ans que la multinationale, par le biais de sa filiale Etoile du Vercors, pollue ce cours d’eau au grand dam de la mairie mais aussi des riverains. La pollution de l’Isère est équivalente à celle produite par une ville de 10 000 habitants ! Initialement, cette filiale avait signé un accord avec les autorités locales pour la mise en place d’une station d’épuration afin de gérer au mieux les eaux usées. Etoile du Vercors a été par la suite rachetée en 2011 par la multinationale Lactalis qui a balayé cette proposition. En fin de compte, la multinationale n’a donc pas participé au financement de la station publique. De plus, la préfecture reste impuissante face à la firme transnationale qui refuse catégoriquement de se relier au réseau d’assainissement des eaux et qui ne cesse d’exiger en vain de la mairie des permis de construire sur des surfaces agricoles pour réaliser son propre système d’assainissement autonome. Ce conflit n’est pas près de se résoudre, la mairie et les riverains s’opposant fondamentalement à Lactalis.

L’entreprise de la filiale de Lactalis, Etoile du Vercors, à Saint-Just-de-Claix – Crédits : Google Street View

D’ailleurs, le maire de la commune de Saint-Just-de-Claix, Joël O’baton, a depuis peu une nouvelle raison d’être sceptique face à la volonté de construire une station d’épuration dédiée à la fromagerie : en août dernier, celle d’un autre site de Lactalis situé à Amanlis a été à l’origine d’un important épisode de pollution.

C’est dans cette commune d’Ille-et-Vilaine que le cours d’eau de la Seiche a été également souillé sur 8 kilomètres par des rejets provenant des usines de Lactalis. Cela a eu pour conséquence la création d’une eau blanchâtre chargée en lactose, composant qui par réaction chimique absorbe l’oxygène présent dans l’eau au détriment des poissons. Résultat : plus de 4 tonnes de poissons asphyxiés à la surface de l’eau et la mort de batraciens, mammifères et oiseaux.

 

Pour remédier à cela, la ville a dû mettre en place un dispositif pour ré-oxygéner l’eau. D’après les pêcheurs de la région, la rivière devrait mettre environ deux ans à se remettre complètement de ce déversement de lactose. Cette pollution, constatée par un procès-verbal de la préfecture, a été assumée par Bruno Alix, le directeur du complexe laitier Lactalis de Rétiers, qui a répondu à ce sujet : « Cet incident ne se reproduira plus ».

Emotions citoyennes et appel au boycott

Ces deux événements, bien que ponctuels, n’ont pas été sans conséquence, notamment à Amanlis où la fédération de pêche locale ainsi que deux associations ont porté plainte contre Lactalis pour « non-respect du Code de l’environnement ». Les pêcheurs ont tenu à souligner le manque de réactivité de l’entreprise, qui n’a reconnu sa responsabilité qu’une semaine après le début de l’épisode de pollution, mais également son professionnalisme une fois le problème pris en charge.

Ces mécontentements liés à l’impact écologique du géant du lait s’ajoutent à des revendications sociales : en effet, un mouvement national s’est dressé contre la multinationale et appelle au boycott des produits des différentes filiales de Lactalis, notamment à cause de la détérioration des relations entre Lactalis et ses fournisseurs sous-payés.

Chloé Ramirez, Reporter Impact

Sources

Pollution en Isère :

« Lactalis pollue l’Isère autant qu’une ville de 10 000 habitants », Mr Mondialisation, 6 novembre 2017

« Saint-Just-de-Claix : Le combat d’un maire face au pollueur Lactalis », (vidéo) France 3, 30 octobre 2017

« Effluents rejetés à Saint-Just-de-Claix : Lactalis répond au maire », Le Dauphiné, 4 novembre 2017

« Pollution de l’Isère : Lactalis met en cause la mairie de Saint-Just », Lyon Capitale, 3 novembre 2017

Pollution en Ille-et-Vilaine :

« En Bretagne, une pollution de Lactalis a dévasté une rivière », Reporterre, 8 septembre 2017

« Ille-et-Vilaine : l’entreprise Lactalis soupçonnée de pollution de la Seiche », RTL, 26 août 2017

« Ille-et-Vilaine : la justice ouvre une enquête après la pollution de la rivière La Seiche par des rejets d’une usine de Lactalis », france info, 9 septembre 2017

« Rennes: La pollution d’une rivière par Lactalis tue aussi oiseaux et mammifères », 20 minutes, 31 août 2017