La route solaire, l’innovation qui doit faire ses preuves

A l’heure où Tesla et Panasonic décident de produire ensemble des cellules et des modules photovoltaïques, on ne peut que penser que l’énergie solaire a de beaux jours devant elle. Mais il n’y a pas qu’à Buffalo, où se trouvera leur usine de production, que l’innovation en la matière est dynamique : en France aussi, on souhaite créer de nouvelles façon de recueillir l’énergie solaire.

En décembre 2015, la société française Colas, filiale du groupe Bouygues et leader mondial de la construction et de l’entretien des infrastructures de transport, présentait au terme de 5 ans de recherche la technologie WattWay, qui permet de recouvrir les routes d’un revêtement enfermant des cellules photovoltaïques pour produire de l’électricité.

Cette technologie, qui a remporté un Trophée Solutions Climat lors de la COP21, présente pour son créateur de nombreux avantages : elle permet d’exploiter des surfaces qui ne seraient utilisées que 10% du temps (Colas ne mentionne néanmoins pas le temps d’ensoleillement des routes) grâce un enrobage prévu pour résister au passage des poids lourds, à des températures extrêmes de -80 °C et +80 °C, au feu et dont la longévité prévue est de 15 ans. Elle produit de l’électricité sans empiéter sur les surfaces agricoles et les paysages, et ne nécessite pas de travaux de génie civil puisqu’elle s’applique directement sur des routes préexistantes. Enfin, selon le directeur du projet Wattway, la circulation ne réduirait le rendement des dalles que de 2% par rapport à des panneaux classiques !

Dès la présentation de ce projet, plus de 1000 demandes ont été reçues par la société, qui a retenu une centaine de projets expérimentaux à réaliser d’ici fin 2017. Trois d’entre eux sont déjà en place.

Le premier, inauguré en juin 2016, est le parking du Vendespace, un complexe sportif et culturel situé près de La-Roche-Sur-Yon, en Vendée. Les 50 m² de panneaux installés au sol doivent produire 6300 kWh par an et alimenter une borne de rechargement pour véhicules électriques. C’est la société Colas elle-même, via son Campus Scientifique et Technique, qui se charge de collecter les informations concernant le comportement routier des dalles et les rendements de l’installation.

Le parking du Vendespace

 

Le second projet a connu un retentissement plus important, puisque cette fois, il s’agissait d’aménager une route. C’est à Tourouvre au Perche, en Normandie, que le premier kilomètre de route solaire a été inauguré le 22 décembre 2016 par la Ministre de l’Ecologie Ségolène Royal. Les 2 800 m² de cellules photovoltaïques, réparties sur une voie, devraient produire 790 kWh par jour, de quoi alimenter l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants. Cependant, si l’on fait abstraction de la station de rechargement pour voiture électrique installée à proximité, l’électricité produite n’est pour l’instant pas utilisée en circuit court : elle est revendue à EDF qui la redistribue dans la région. En outre, les boîtiers situés en bordure de la route n’étaient apparemment pas encore en branchés lors de l’inauguration…

Ce projet est loin de faire l’unanimité, notamment en raison de son prix. Le coût total de l’opération s’élève à 5 millions d’euros. Le prix du watt-crête (puissance électrique maximale pouvant être fournie) ainsi produit s’élève donc à 17 euros pour l’instant. Et même en prenant en compte l’amortissement des travaux, Colas estime à terme le prix du watt-crête à 6 euros, contre seulement 1,30 euro pour le photovoltaïque de toiture.  De la même façon, produire de l’électricité grâce à cette route reviendrait plus cher que si elle était produite grâce à l’énergie éolienne.

Une aberration quand on sait que le prix des panneaux photovoltaïques classiques (que l’on installe sur les toits par exemple) est en baisse : selon Mélodie de l’Epine, coordinatrice du pôle photovoltaïque de l’association Hespul (spécialisée dans le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique), une maison individuelle peut être équipée pour 8 à 9 000 euros, contre 35 000 il y a dix ans.

Le fait que l’usine de production soit située à proximité du site, qu’elle fournisse du travail à de nombreux ouvriers et qu’elle exploite une technologie française a néanmoins dû influencer la ministre, qui ambitionne d’aménager 1000 km de routes de la sorte d’ici 5 ans.

La ministre Ségolène Royal sur la route solaire normande.

Outre le coût rédhibitoire, la route solaire est source de quelques nuisances : le voisinage se plaint du bruit provoqué par cette route pavée, qui n’assure par ailleurs pas le même confort qu’une route classique aux automobilistes.

Le troisième projet a été inauguré le lendemain, à Saint-Jean-d’Alcapiès, dans l’Aveyron. Il s’agit aussi d’un parking, de 24 m², et l’électricité produite permettra d’alimenter en circuit court le château communal situé à proximité et récemment converti en gîtes de luxe. Ce site permet à Colas de vanter un point fort de sa technologie : elle permet de créer des infrastructures de production pérennes dans des régions où la faible densité de population rend les coûts de raccordement au réseau prohibitifs. Mais à 62 000€ le projet, on est encore très loin d’un concept généralisable…

Mélodie de l’Epine, de l’association Hepsul, estime qu’au lieu de l’innovation, il aurait été plus judicieux d’employer l’argent de l’Etat dans des projets plus « classiques », qui sont parfois bloqués à cause de la législation : elle a déclaré à France Info : « on a tout de même empêché des réalisations solaires sur des toitures à cause de règles un peu compliquées. Il y a des toitures de collèges, de lycées, de bâtiments publics, sur lesquels on ne peut pas installer de panneaux photovoltaïques à cause de la loi. Là, on en met sur les routes, où il n’y en a pas encore besoin. Des panneaux pourraient être installés sur des habitations, des centres commerciaux, voire même des usines. Ça ne coûte vraiment pas cher. »

Alors, coup de communication, comme le dénoncent certains, ou vrai projet d’avenir dans le domaine du développement durable ? L’analyse des rendements de ces installations nous le dira.

Louise Vallette d’Osia – Reporter ImpAct

 

Sources

Installation dans l’Aveyron – Midi libre, France 3

Installation dans en Normandie – France TV Info, Autoplus, LCI, Les Echos

Installation en Vendée – Automobile Entreprise, Mashable (France 24), Construction 21

Site web de la société Colas

Panasonic et Tesla – BFM Business

Images

La ministre Ségolène Royal sur la route solaire normande – AFP

Le parking du Vendespace – mashable pour France 24