À nos chaussettes solitaires

Crédit photo : Tookapic, Pexels

À celles abandonnées au fond du sac à linge sale, à celles oubliées dans le tambour de la machine à laver, à celles tombées derrière on ne sait quel meuble, à celles oubliées lors de nos aventures et autres fêtes… et à celle qui nous reste ! La chaussette solitaire, dépourvue de toute paire. Elle se retrouve inutilisée, laissée de côté si elle n’est pas jetée.

Lors d’une étude menée chez nos voisins les anglais, il a été estimé que chacun perdait un millier de chaussettes au cours de sa vie. Les britanniques égarent en moyenne 1,3 chaussette par mois, soit plus de 15 par an. Au cours d’une vie cela représenterait 1 264 chaussettes perdues…. A l’échelle du Royaume Uni, cela correspond à 84 millions de chaussettes perdues chaque mois, et probablement quelque chose de similaire en France…

Pour pallier cela, Sock en Stock propose de récupérer toutes ces chaussettes orphelines ou délaissées car dépassées. Située dans le Nord de la France, cette association réalise la collecte solidaire de nos chaussettes solitaires. Comme son nom le laisse paraître il s’agit d’une association qui constitue des stocks de chaussettes, usagées, en état, non trouées.

Leur action se décline en trois axes principaux : collecte, tri et distribution. Les dons de chaussettes peuvent aussi bien concerner des chaussettes seules qu’en paires. La seule exigence étant que les chaussettes soient propres et sèches. Toute chaussette trouée, élimée, difforme ou tâchée ne pourra malheureusement pas être collectée ; rien ne vous empêche de les recycler ou d’en faire don à d’autres filières de récupération de produits textiles. Les points de collecte sont pour l’instant essentiellement concentrés dans le Nord de la France – Lille, Wattignies, Villeneuve d’Ascq – mais aussi en Belgique à Waterloo. En espérant que cette belle initiative puisse être bientôt généralisée dans d’autres grandes villes !

De toutes tailles et couleurs, les chaussettes sont ensuite triées. Il s’agit de reconstituer des paires après les avoir lavées et désinfectées afin de garantir leur propreté et d’éliminer d’éventuelles souches bactériennes. Un premier tri concerne la pointure de ces chaussettes qui sont alors classées selon 9 intervalles. La deuxième étape se focalise sur la longueur de jambe. Ensuite l’usage de la chaussette, à savoir si celles-ci sont mises à profit d’un usage quotidien ou sportif, est analysé. Enfin, un dernier tri selon la couleur et le motif est effectué. Des ateliers ont lieu environ 2 fois par mois le dimanche afin de réaliser ce tri : patience, inventivité et créativité en sont alors les maîtres mots !

Ce sont des p’tits rigolos, me direz-vous. Ils ne récupèrent que des chaussettes : des chaussettes ne suffisent pas à se vêtir !

Il faut savoir que les chaussettes – et plus généralement les sous vêtements – sont les vêtements qui font le moins l’objet de dons. Or en cette météo hivernale, les chaussettes se révèlent essentielles pour le confort de chacun. Sock en Stock souhaite faire bénéficier de son action à toute personne pour qui une paire de chaussette en plus est significative, sans distinction de nationalité, de couleur de peau, de sexe, d’âge, de conviction politique ou religieuse.

Au delà de l’aspect « amusant » de cette initiative – reformer des paires de chaussettes solitaires – celle-ci relève également de l’action solidaire. Les paires reconstituées sont ensuite distribuées gratuitement. Cette étape est directement réalisée par l’association de manière ponctuelle ou bien est déléguée à des dispositifs et associations partenaires telles que Action Froid, ABEJ Solidarité – La Halte de la Nuit, la Croix Rouge Française, l’association A.L.E.D.S ou bien Sans maille, ça caille. L’action de Sock en Stock a bel et bien une dimension sociale.

Pour aller plus loin, il est nécessaire de mentionner que la perte des chaussettes n’est pas sans coût. En effet, selon l’étude mentionné précédemment, les chaussettes perdues au cours d’une vie représenteraient près de 3 200€. Donner ces chaussettes solitaires pour créer de nouvelles paires plutôt que de les jeter a donc un poids économique certain. De même le don de chaussette évite un gaspillage de matière textile. Il ne faut, d’ailleurs, pas omettre que l’industrie textile est très polluante : les initiatives de seconde main permettent ainsi de minimiser l’impact écologique.

Enfin, cette initiative permet de nous rappeler que les vêtements peuvent toujours avoir une seconde vie et ainsi faire des heureux. Pour trouver un pied à vos chaussettes, n’hésitez pas à les donner !

Margot Descouens, Reporter ImpAct

Sources:

Vidéo sur Sock en Stock de la chaîne Le Souffle du Nord, publiée le 6 juin 2017

Site de Sock en Stock

« Science décalée: le mystère des chaussettes orphelines est enfin résolu », article de Futura-Sciences de Marie-Céline Ray, publié le 17 novembre 2018